Personnalités

Jean-Guy HENCKEL

Fondateur des Jardins de Cocagne

Faire vivre ensemble dans cette aventure trois sœurs ennemies qui cohabitent très mal : l’économie, le social et l’écologie.

A priori, Charles FOURIER, le père des phalanstères, et Jean-Guy HENCKEL n’ont aucun point commun. Pourtant, ils partagent des origines franc-comtoises et surtout le goût de l’utopie. Dans les années 1980, alors éducateur spécialisé, Jean-Guy HENCKEL veut quitter le milieu violent du centre d’hébergement pour SDF dans lequel il travaille à Besançon. Il lui paraît indispensable d’imaginer une autre forme d’action sociale qui associe emploi et réinsertion.

C’est ainsi que naît en 1991 le premier Jardin de Cocagne, inspiré du jardin collectif suisse du même nom : un vieux mobile home, des serres d’occasion, et une quinzaine de jardiniers en insertion qui bêchent un lopin de terre pour produire des légumes biologiques vendus à des adhérents payant d’avance. L’idée fait sourire mais elle offre une solution aux deux principaux problèmes mondiaux des années à venir : la pauvreté et l’écologie. Aujourd’hui, ce premier jardin a fait des petits : 120 au total répartis dans toute la France et rassemblés par le Réseau Cocagne. Et le succès est autant social que commercial : en plus 20 ans, le modèle a réinséré 25 000 personnes et fidélisé 20 000 familles adhérentes. L’ambition de Jean-Guy HENCKEL désormais ? Multiplier les jardins, nouer de nouvelles alliances et changer l’échelle de son entreprise sociale.

Aller plus loin