BY UP LE MAG

Et si on parlait du gaspillage non-alimentaire ?

Au coeur de l’actualité, le gaspillage alimentaire souligne bien des questions, avec une sensibilisation accrue des consommateurs et des pouvoirs publics. Mais qu’en est-il du gaspillage NON-alimentaire et de son corollaire indispensable : l’aide non-alimentaire ? C'est ce thème que Stéphanie Goujon a mis en avant lors de sa participation à la Up Conferences du 28 mai.

En 2010, une étude du cabinet A.T.Kearney révélait que chaque année, plus de 400 M€ de produits neufs non-alimentaires, soit l’équivalent de 75 millions d’unités, sont sortis des circuits commerciaux et souvent détruits (plus d’infos sur www.adnfrance.org).

De quels produits s’agit-il ? De fins de séries, de queues de promotion, de produits présentant des légers défauts de packaging etc. Qu’il s’agisse de gels douche, de lessives, de petit-électroménager, ou de fournitures scolaires, ces produits sont neufs et parfaitement aptes à la consommation. Mais poussés par le raccourcissement des cycles de vie marketing, les industriels sont parfois contraints de s’en débarrasser. Pour des raisons logistiques, juridiques ou organisationnelles, détruire est parfois plus facile que donner.

Quel paradoxe quand on sait qu’il existe en France 8,6 millions de personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté, en marge des normes de la société, privées d’un ensemble de biens de première nécessité, essentiels à l’insertion, à l’épanouissement, à la dignité.

Pour contrer cette aberration, l’Agence du Don en Nature (ADN) propose une solution innovante en matière d’aide non-alimentaire pour les plus démunis. En effet ADN collecte les stocks résiduels non-alimentaires en levant un double frein des industriels : d’une part en absorbant de grosses quantités de produits car ceux-ci ont souvent besoin de se séparer de plusieurs milliers d’unités, et d’autre part en sécurisant la chaine du don au travers notamment un site internet de e-don, pour éviter toute revente sur des marchés parallèles.

Moins de gaspillage, plus de partage, tel est son credo, et l’action de l’Agence du Don en Nature a déjà contribué à aider plus de 500 000 personnes défavorisées. Afin de sensibiliser davantage industriels et pouvoirs publics, ADN témoignera de cette mission sociale lors de la prochaine Up Conferences du Groupe SOS, le Mardi 28 mai 2013, aux côtés d’acteurs clés de la lutte contre le gaspillage.

Vidéos

Stéphanie Goujon: "Sensibiliser toutes les parties prenantes au gaspillage non-alimentaire"

A l'occasion de sa participation à la Up Conferences partenaire du quotidien La Croix, consacrée au gaspillage, Stéphanie Goujon, Déléguée Générale de l'Agence du Don en Nature, nous explique le fonctionnement de cette association qui lutte contre le gaspillage non-alimentaire.

Intervenants
Stéphanie GOUJON