Personnalités

Muhammad YUNUS

Economiste, théoricien du microcrédit, Prix Nobel de la Paix en 2006

Dans le social business, le profit n'est absolument pas un objectif. A partir du moment où votre esprit est libéré de cette obsession, vous pouvez commencer à vous consacrer à la résolution des problèmes.

Le Professeur Muhammad YUNUS est sans doute l’entrepreneur social le plus écouté au monde. Titulaire d’un doctorat en économie au sein de l’Université Américaine de Vanderbilt, il retourne au Bangladesh, son pays natal, en 1971 pour soutenir les indépendantistes au moment de la Guerre de libération. Redevenu Professeur d’économie à la fin de la guerre, il décide de concentrer ses recherches sur la pauvreté, et notamment dans le secteur agricole. Ses travaux aboutissent à la conclusion que les difficultés des agriculteurs viennent principalement d’un manque d’accès aux capitaux. De manière expérimentale, il décide alors de leur proposer des micro-prêts à partir de ses propres fonds, et constate qu’ils sont par la suite remboursés sans difficulté et améliorent nettement la situation de leurs bénéficiaires.

C’est à partir de cette expérience qu’il fonde en 1976 la Grameen Bank, banque spécialisée dans l’octroi de microcrédits. La « Banque pour les pauvres », comme l’indique son slogan, a ainsi déboursé plusieurs milliards de dollars de prêt depuis sa création, dans quelques 50 000 villages, pour un taux de remboursement de plus de 95%. Ces succès conduisent Muhammad YUNUS et la Grameen Bank à obtenir le prix Nobel de la paix en 2006. S’il n’exerce plus au sein de la Grameen Bank depuis 2011, Muhammad YUNUS n’en reste pas moins l’une des figures de proue de la lutte contre la pauvreté et l’un des principaux ambassadeurs du social business.

Aller plus loin
Bibliographie
  • Muhammad Yunus, Banker to the Poor, Public Affairs, 2003
  • Muhammad Yunus, A World Without Poverty, Public Affairs, 2008
  • Muhammad Yunus, Karl Weber, Building Social Business, Public Affairs, 2010
  • Muhammad Yunus, Pour une économie plus humaine, JC Lattès, 2011