Logo UP Fest

Le samedi 18 juin à la Bellevilloise, de 11h à 20h, venez révéler votre âme de héros à la deuxième édition du UP Fest ! Programme et inscription (gratuite mais obligatoire) en cliquant ici !

Évènements

UP Conferences - MOUVES à Lille :"Territoires : nous sommes innovations"

« Changer ou disparaître » : c’est ainsi que se formule le dilemme auquel les acteurs de l’innovation sociale sont aujourd’hui confrontés. Il apparaît d’autant plus crucial que le rôle qu’occupent ces derniers dans notre société en crise est devenu incontournable. Le secteur associatif en est une parfaite illustration puisqu’il se retrouve face à une contradiction a priori insurmontable : d’un côté, la puissance publique l’appelle à intensifier son action et à prendre le relai là où elle ne peut plus agir… quand de l’autre les subventions accordées par cette dernière se réduisent comme peau de chagrin. C’est bien de cette distorsion entre les attentes placées dans les associations et les moyens qui leurs sont mis à disposition qu’est né le choix cornélien entre « changer ou disparaître ». Désireux de donner la parole à celles et ceux amenés à y répondre, les UP Conferences et le Mouvement des entrepreneurs sociaux ont décidé de poser leur valises à Lille à l’occasion de la quatrième étape du cycle « Territoires : nous sommes innovations ».

A eu lieu le
Jeudi 25 Février 2016
de 18h30 à 20h00

La Sauvegarde du Nord

23 rue Malus, 59000 Lille
Métro : Lille Grand Palais (ligne 2)
23 rue Malus, 59000 Lille
Inscription gratuite mais obligatoire
Intervenants

Thierry DU BOUETIEZ

UP Conferences UP Campus
Conseiller spécial de la Commissaire générale à l’égalité des territoires

Christophe ITIER

Co-Fondateur de ReGénération et Directeur Général de la Sauvegarde du Nord

Sophie LETARTRE

Chef de projet Réseau Alliances et So Biz Hub

Nicolas MATYJASIK

Directeur du Master "Management des politiques publiques" de Sciences Po Lille

Akim OURAL

Adjoint au Maire de Lille

Elodie VIALLE

Journaliste
Co-organisé avec

Depuis plus de 10 ans, le secteur privé non lucratif, opérateur historique des mécanismes de solidarités, traverse une zone de turbulences sans précédent. La raréfaction des financements publics, due à la crise budgétaire, est certes en cause, mais pas seulement. En effet, la concurrence fait à présent partie intégrante de la vie d’une association. Elle se joue d’une part entre elles : dès lors que la puissance publique accorde avec parcimonie ses subventions, chaque association doit être en mesure de tirer son épingle du jeu et faire la démonstration de son impact. Mais la concurrence se joue également, et depuis peu, avec les entreprises dites classiques. Car ces dernières investissent des secteurs d’activités dont elles s’étaient, jusqu’à présent, désintéressées en répondant désormais à des appels d’offres pour gérer des crèches, des maisons de retraites, ou encore des hôpitaux,… L’enjeu pour les acteurs de l’innovation sociale pour exister est dès lors bien de gagner des parts de marchés, et pour se faire de se doter d’outils leur permettant de lutter à armes égales avec leurs nouveaux concurrents.

De ce diagnostic découle une nouvelle approche de l’innovation sociale que certains peuvent être amenés à regretter en ce qu’elle introduit une forme libéralisme. Si ce débat mérite d’être mené, il faut sans doute s’attendre à ce que cette dynamique s’intensifie dans les prochaines années et qu’il va de la survie du secteur associatif de s’y préparer au mieux. Ce travail d’anticipation est précisément mené à Lille par des entrepreneurs sociaux, des universitaires, des agents publics, mais également par des entreprises soucieuses de leur empreinte sociale et environnementale et attentive à leur place dans la vie de la Cité. Les questions qui leurs sont posées sont multiples : dans un contexte de crise qui se prolonge, comment faire évoluer les modèles et les pratiques pour les rendre plus résistants aux secousses économiques ? Comment leur permettre de continuer à répondre efficacement aux enjeux sociétaux de leurs territoires ? Leur faut-il envisager de s’emparer des armes du privé lucratif afin d’y parvenir ? Si oui, lesquelles ? Comment s’assurer que la performance économique ne prenne pas l’ascendant sur le projet social ? En somme, a quoi ressembleront demain les acteurs de l’innovation sociale ?

Christophe Itier (Directeur Général de la Sauvegarde du Nord et Ambassadeur du Mouves Nord Pas de Calais), Nicolas Matyjasik (Directeur du Master "Management des politiques publiques" Sciences Po Lille), Akim Oural (Adjoint au Maire de Lille, auteur du rapport « L’innovation au pouvoir »), Thierry du Bouetiez (Conseiller spécial de la Commissaire générale à l’égalité des territoires) et Sophie Letartre (Chef de projet Réseau Alliances et So Biz Hub) sont des représentants emblématiques de l’innovation sociale à Lille. Ensemble, et à ce titre, ils tenteront de répondre à ces questions le jeudi 25 février, de 18h30 à 20h00, à Lille.

Thématique