BY UP LE MAG

En Tanzanie, le "sauveur des éléphants" Wayne Lotter a été assassiné

Dans la nuit du 16 au 17 août dernier, le Sud-Africain Wayne Lotter a été tué en Tanzanie. Surnommé le « sauveur des éléphants », il avait fait de la lutte contre le braconnage son combat et avait réussi à réduire de moitié le trafic de ces pachydermes.

Il était menacé de mort depuis la création en 2009 de sa fondation de protection de la nature PAMS (Protected area management solutions). Une ONG spécialisée dans la lutte contre le braconnage en Tanzanie. Dans la nuit du 16 au 17 août, à Dar es Salaam, capitale économique de la Tanzanie, deux hommes inconnus bloquent le taxi dans lequel se trouve Wayne Lotter. L’homme de 51 ans est abattu par balles. Les motivations de ses meurtriers restent inexpliquées. La police tanzanienne a lancé une enquête sur sa mort.

Un véritable « héros de la conservation »

A la suite du drame, la fondation Pams a vivement réagi, et a décrit dans un communiqué son co-fondateur comme un symbole de la faune sauvage africaine, à laquelle il avait consacré sa vie  : « Le charme de Wayne, son éclat et son sens de l’humour excentrique lui donnaient la capacité unique de faire constamment rire son entourage. Il est mort courageusement, en se battant pour la cause qui le passionnait le plus. »



Wayne Lotter entouré de ses collègues de la fondation PAMS. Sa mort s’ajoute à la longue liste des assassinats de défenseurs de l’environnement. En 2016, 200 ont été tués dans 24 pays différents, soit plus d’un mort tous les deux jours. C’est beaucoup plus qu’en 2014 et 2015 et le bilan le plus lourd depuis que l’ONG Global Witness effectue ce décompte macabre. © Krissie Clark/PAMS Foundation

De même, la célèbre primatologue Jane Goodall a salué sur Twitter « un ami fidèle et un véritable héros de la conservation » . « Si ce lâche attentat était une tentative de mettre fin au travail de la fondation PAMS, ce sera un échec » , a-t-elle ensuite ajouté.

Flambée du braconnage

Après le Botswana, la Tanzanie est le pays qui accueille la plus grande population d’éléphants ; entre 110 000 et 165 000 animaux, selon l’estimation de l’Union internationale pour la conservation de la nature. Mais, depuis plusieurs années, le braconnage de ces pachydermes a repris de plus belle dans le pays.

À lire aussi : Wildleaks, le Wikileaks écolo qui traque les braconniers

Selon la Société de protection des éléphants de Tanzanie (TEPS) « environ trente éléphants sont tués par jour (…). À ce rythme, la population d’éléphants sera exterminée d’ici à 2020 ». Les éléphants sont victimes de la forte hausse de la demande en ivoire des pays d’Asie qui a fait exploser le braconnage. Selon les chiffres d’Interpol, le trafic d’ivoire entre l’Afrique et l’Asie a triplé au cours des dix dernières années, représentant un marché annuel de 188 millions de dollars.

Et pour encore plus d'inspiration positive, rendez-vous sur up-inspirer.fr