BY UP LE MAG

À LYON, DES PERSONNES HANDICAPÉES DEVIENNENT PHOTOGRAPHES GRÂCE À UN COLLECTIF

Un collectif de photographes intègre des personnes prises en charge en foyer d’accueil médicalisé (FAM), accueillant des autistes, pour donner à voir leur regard singulier sur le monde.

« L’un des plus gros problèmes du handicap, ce n’est pas le problème physique ou psychique, c’est l’exclusion qui en découle. Le handicap psychique concerne 6 % de la population. Pourtant, ces personnes, on ne les voit pas autour de nous, dans la rue. Elles passent la plus grande partie de leur temps dans des lieux spécialisés de toutes sortes. » C’est en ces mots que Grégory Rubinstein, ancien éducateur spécialisé d’une quarantaine d’années, décrit les motivations qui l’ont amené à créer le collectif des Flous Furieux, en Auvergne-Rhône-Alpes.

Ce collectif d’amateurs et de pro de l’image intègre des personnes prises en charge en structures médico-sociales. Comment les appeler ? « Personnes autistes ou handicapées ? Ce n’est pas à nous d’en décider à leur place, en tout cas c’est gênant de les réduire à cette identité », précise Grégory Rubinstein. Une chose est sûre, chez les Flous Furieux, ces personnes sont avant tout photographes.

Favoriser la rencontre

Tout a commencé dans une commune du Rhône où Grégory Rubinstein travaillait en tant qu’éducateur spécialisé, dans un foyer d’accueil médicalisé (FAM). « Habitant auparavant à Paris, j’avais travaillé sur des projets comme le Papotin, un journal monté en grande partie par des personnes en situation de handicap psychique ou encore Les Chapiteaux Turbulents, un ESAT dont l’activité est de gérer un espace artistique. En quittant ma région d’origine, je me suis retrouvé à travailler en CDD un peu partout, et j’ai pu constater que les institutions spécialisées sont parfaites pour apporter du soin, de l’éducation, répondre aux besoins spécifiques, mais qu’il faut des dispositifs d’inclusion. Couper des personnes du monde ordinaire n’est bon pour personne », raconte-t-il

Un jour, il prête son appareil photo à de jeunes autistes qu’il accompagne. Puis lui vient l’idée de les emmener photographier leur village. « Les habitants ont découvert ces jeunes qui vivaient à côté de chez eux, mais qu’ils ne connaissaient pas. Ils ont été très touchés. Personne ne nous a posé de questions sur le handicap, uniquement sur la photographie. » Le projet débouchera sur une exposition locale, et c’est ainsi que naîtra l’idée du collectif.

Photographier comme des pros

Pour montrer ce projet, Grégory Rubinstein s’est un peu éloigné du milieu médico-social pour suivre une formation dans l’économie sociale et solidaire. Dès la création du collectif, il a été rejoint par des personnes intéressées, telles que le photographe Angelo Rinna. Les Flous Furieux, montés en association, sont actuellement incubés chez Ronalpia. Ils ont récemment reçu un financement de la fondation Caisse d’Epargne pour acheter du matériel. Leur première action sur le terrain a commencé en janvier 2017, à Lyon, en partenariat avec le FAM le Carré de Sésame.

Quatre jeunes résidents du foyer, s’apprêtant à vivre un déménagement, ont commencé à photographier le chantier de leur futur foyer. « Nous photographions les ouvriers, les futurs voisins du foyer… C’est ce regard qui surprend et qui bouleverse les représentations. Le fait d’avoir un appareil photo nous donne accès à toutes les parties du chantier », explique Grégory Rubinstein. Une exposition de photos, sur les grilles du chantier, est au programme.

Comme n’importe quel collectif, Les Flous Furieux sont prêts à répondre à des commandes. Ils ont ainsi été accrédités à la biennale de design de Saint-Étienne pour photographier l’atelier Emmaüs. « Une journée de shooting, ça demande beaucoup de concentration, mais c’est valorisant », souligne le fondateur des Flous Furieux. On espère bien voir un jour leurs contributions dans certains médias.

Les entrepreneurs sociaux inspirent Up le mag ! Un projet local et original, accompagné par la Fondation Caisse d’Epargne Rhône Alpes.

Et pour encore plus d'inspiration positive, rendez-vous sur up-inspirer.fr